bancote2.jpg
bancote.jpg

Menu principal



Informations crédit d'impôt - Cliquez ici

La pompe à chaleur aérothermique

La pompe à chaleur aérothermique exploite les calories présentes dans l'air extérieur pour générer de la

chaleur destinée à chauffer l'air intérieur du logement ou le circuit d'’eau chaude. Elle est un système

rentable en seulement quelques années.

Comment fonctionne une pompe à chaleur air-eau ?

Une pompe à chaleur air-eau est un appareil de chauffage constitué de deux parties. Un bloc placé à

l’extérieur de l’habitat capte des calories dans l’air ambiant. Il est relié à un bloc intérieur par

l’intermédiaire d’un fluide dit « frigorifique » qui transmet les calories dans le logement. Le bloc

intérieur est tout simplement un réservoir d’eau chaude qui peut alimenter des radiateurs à eau,

un plancher chauffant ou un ballon d’eau chaude si la pompe à chaleur est mixte. Cette technologie en

deux unités permet de transporter les calories depuis l’extérieur jusqu’à l’intérieur du logement. Son

efficacité dépend donc de la température extérieure et du climat. Plus il fait froid, moins la pompe à

chaleur peut récupérer de calories dans l’air. D’ailleurs, en cas de températures extrêmement basses,

certains modèles de pompes à chaleur ne sont plus capables de chauffer suffisamment. Dans ce cas,

c’est une résistance électrique intégrée au système qui prend le relai. Cette situation doit être évitée

au maximum pour limiter la consommation d’électricité.

De hautes performances

Bien dimensionnée, une pompe à chaleur air-eau a un COP théorique de 3. Il signifie qu’avec 1 kWh

d’électricité, ce sont 3 kWh de chaleur qui seront récupérés. Habituellement, un système de chauffage

a un rendement inférieur à 1 car il y a des pertes d’énergie durant la transformation en chaleur. Dans

le cas de la pompe à chaleur le rendement est supérieur à 1, d’où de très bonnes performances.

Ce COP mesure l’efficacité de la pompe à chaleur air/eau dans des conditions optimales. Pour connaitre

les performances réelles, il faut s’intéresser au coefficient de performance saisonnier appelé SCOP. Il

prend en compte les variations de températures durant l’année et ne repose donc pas seulement sur

un moment fixé.

Informations crédit d'impôt - Cliquez ici